Rapport Hautcoeur

Remise-du-rapport-Hautcoeur_328063.54 Je participai hier soir à la remise du rapport sur l’avenir des sciences économiques à l’université en France (voir   sur le site du ministère et  pour le rapport). 

La commission était constituée de la manière suivante:

Président de la commission et auteur du rapport

Pierre-Cyrille Hautcoeur, directeur d’études à l’EHESS, président de l’EHESS

Membres de la commission

Sophie Béjean, professeure à l’Université de Bourgogne, Présidente du Collège des économistes de la Santé, présidente des conseils d’administration de Campus France et du CNOUS

Françoise Benhamou, professeure à l’Université Paris 13, membre du Cercle des économistes, membre du collège de l’ARCEP

Michèle Debonneuil, administratrice de l’INSEE, inspectrice des finances à la Caisse des dépôts, Chargée de mission au Conseil économique, social et environnemental

Anne Épaulard, professeure à l’Université Paris Dauphine, membre du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, ex-directrice de l’analyse macroéconomique et des prévisions à la direction générale du Trésor

Philippe Frémeaux, journaliste, ex-rédacteur en chef d’Alternatives Économiques, administrateur de la Scop Alternatives Économiques, délégué général de l’Institut pour le développement de l’information économique et sociale et président de l’Institut Veblen pour les réformes économiques

Alan Kirman, professeur émérite à l’Université Aix-Marseille III et directeur d’études à l’EHESS, membre de l’Institut Universitaire de France

Philippe Martin, professeur à Sciences Po Paris, membre du Conseil d’analyse économique, chercheur associé au CEPR (Centre for Economic Policy Research)

Anne Perrot, professeur à l’Université Paris 1 et à l’ENSAE, membre associée à MAPP conseil, ex vice-présidente de l’autorité de la concurrence

Franck Portier, professeur à l’Université Toulouse 1 et l’École d’économie de Toulouse, vice-président de l’École d’économie de Toulouse

Bernard Walliser, ingénieur général des Ponts et chaussées, professeur à l’École nationale des Ponts et Chaussées, membre associé de l’École d’économie de Paris

Rapporteur

Éric Monnet, économiste à la Banque de France

Conseillers scientifiques, représentants de la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnelle auprès de la Commission

Jean-Michel Uhaldeborde, professeur d’économie à l’université de Pau Marc Filser, professeur de gestion à l’université de Bourgogne

Assistants auprès du rapporteur de la commission, auteurs des fiches thématiques

Quentin Deforge et Pablo Zamith

 

Il est important de noter que Pierre-Cyrille est le seul auteur du rapport. Il a été proposé à chacun des membres de la commission de disposer d’une page pour émettre des éventuels avis divergents. Aucun des membres n’a jugé que cela soit nécessaire.

 

Liste des 20 principales propositions

  1. Renforcer le caractère pluridisciplinaire du premier cycle et organiser une spécialisation progressive en économie.
  2. Favoriser la construction et la critique des données et des faits stylisés par les étudiants dès le premier cycle, au sein des cours d’une part, et en les associant, en tant qu’assistants, à des projets de recherche d’autre part.
  3. Donner une plus grande place à l’histoire, aux faits et au fonctionnement des institutions dans l’enseignement en économie.
  4. Faciliter l’intégration des docteurs dans les corps de l’État et leur recrutement par les administrations publiques.
  5. Élargir les critères d’évaluation de la recherche et prendre en compte différents supports et formats.
  6. Renforcer les infrastructures de recherche sur les données et inciter les administrations et les établissements publics à mettre, via ces infrastructures, leurs données à la disposition des chercheurs, selon des modalités compatibles avec le respect de la vie privée.
  7. Imposer aux organisations publiques de publier les évaluations des politiques publiques effectuées sur appel d’offre et de favoriser la réplication de ces évaluations.
  8. Préciser les potentiels conflits d’intérêt des enseignants-chercheurs dans les publications, enseignements et rapports d’évaluation.
  9. Faciliter les doctorats et projets interdisciplinaires en leur réservant un financement particulier et un mode de qualification adapté.
  10. Éviter que les restrictions sur l’accréditation des masters défavorisent l’interdisciplinarité et l’innovation pédagogique.
  11. Revaloriser les salaires des enseignants-chercheurs, notamment des maîtres de conférences, en particulier pour faciliter la circulation entre les classes préparatoires des lycées et l’Université et pour éviter la dispersion des activités des enseignants-chercheurs.
  12. Permettre aux universités d’ouvrir librement des postes de professeur (supprimer l’agrégation du supérieur comme mode prioritaire de recrutement).
  13. Permettre la modulation des services, modifiable au cours de la carrière, entre enseignement et recherche, dans le cadre d’une véritable gestion des carrières.
  14. Valoriser l’enseignement et la recherche conjointement et au même niveau dans les recrutements et traitements.
  15. xv. Inciter à l’innovation pédagogique, notamment à travers les supports de cours, en dotant les enseignants de décharges temporaires de service.
  16. Faire du CNRS une institution finançant principalement, en sciences économiques, des infrastructures de recherche, des contrats post-doctoraux et des délégations temporaires d’enseignants-chercheurs titulaires.
  17. Simplifier et harmoniser les dossiers de candidature entre l’ANR et les agences européennes de financement et permettre à ces subventions de financer des contrats doctoraux ou des CDI.
  18. Imposer aux universités et au Ministère de publier les statistiques sur les parcours et les débouchés des étudiants et sur les carrières des enseignants-chercheurs pour la discipline sciences économiques.
  19. xix.Aider les différentes associations professionnelles à coopérer, notamment par le rapprochement entre l’Association française de science économique et l’Association française d’économie politique.
  20. Constituer un lieu de réflexion et de diffusion (revue et congrès annuel) sur la pédagogie en économie, et plus largement sur les transformations de la discipline.

 

Leave a Reply / Déposer une réponse

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s